LE DETAIL DE LA SUCCESS STORY
retour à la liste



Près de Paris, à deux pas du périphérique, M. XXXX exploite un tabac-bar-PMU dans une des principales artères d’une banlieue plutôt animée. A proximité de quartiers difficiles, les préoccupations de sécurité l’ont poussé à s’équiper d’une solution vraiment efficace et dissuasive, et, après un an, il ne peut que se féliciter de son choix.

LA SOLUTION DEVLYX / CASHGUARD

Q. : Combien de clients servez-vous par jour, en moyenne ?
R. : On va dire entre 700 et 1000 clients par jour. Je fais tabac-bar-loto-PMU-RATP, et un peu de presse : le Parisien et l’Equipe. Je manque de place pour faire plus. Avant je mettais le Parisien à l’extérieur, mais on me volait tout… Le montant moyen d’une transaction est d’environ 8 euros. Je ne suis pas un gros débitant, mais je ne suis pas un petit non plus ! En tout, j’ai cinq employés affectés à la vente : 2 barmen, 2 caissiers pour le tabac et les journaux, 1 caissière PMU le week-end, en plus de moi.  


Q. : Comment se sont-ils adaptés à la solution CashGuard ?
R. : Plutôt bien. Ils auraient du mal à devoir recompter à la main maintenant, d’ailleurs !  Au niveau utilisation, ce n’est pas compliqué, puisque c’est la machine qui compte : nous on a juste à mettre les billets, les pièces sont mises directement dans la machine par le client. Le plus difficile pour nous a été de faire comprendre aux gens qu’ils doivent mettre eux-mêmes la monnaie.  


Q. : Vos clients ont-ils eu du mal à s’habituer à ce mode
de paiement ?

R. : Ca va faire un an qu’on est équipé de la solution CashGuard, et je dirais qu’en moins d’un mois ils ont compris le principe. Certains ont trouvé étonnant de ne pas donner les pièces au caissier, et de ne pas le voir recompter… Mais ils ont fini par s’y faire… après quelques rouspétances, par exemple quand ils essaient de mettre plusieurs pièces en même temps. Ici,  il y a énormément de gens qui paient en pièces de 5 centimes, de 10 centimes…  Ils ont été méfiants au début, mais ceux qui sont « censés » ont vite compris que c’était mieux pour tout le monde, que c’est une question de sécurité. On leur dit que ce sont des automates, qu’on a plus de caisse, c’est sécurisé. Quand  vous dites « sécurité », ils le comprennent très bien.


Q. : Pour vous et vos caissiers, la solution CashGuard a-t-elle facilité la manipulation des espèces ?

R. : Tout à fait, oui. Surtout pour le rendu monnaie. La machine n’est pas infaillible, elle peut « buger », bien sûr. Mais nous, encore plus ! Vous savez, ça arrive : vous êtes en train d’encaisser, quelqu’un vient vous parler, du coup vous avez cru avoir pris le billet et l’avoir mis dans la caisse, alors que vous ne l’avez pas encaissé. Vous avez bipé le produit, et après vous vous posez la question : « je l’ai pris, le billet, ou pas ? »… Vous ne savez plus… vous rendez quand même la monnaie ! Alors qu’ avec la machine, si vous n’avez pas mis le billet dedans, vous savez  que vous ne l’avez pas encaissé. Pareil avec les pièces : avant, le client vous déversait toute sa petite monnaie, puis il repartait. Et quand vous aviez fini de compter, il manquait 10, 20 centimes ! Et comme nos marges sont très serrées, au bout d’un moment cela fait cher… Maintenant, il doit mettre lui-même les pièces dans l’appareil, et quand à la fin il vous dit « ah ! je n’ai pas le compte », et bien vous appuyez sur le bouton « retour monnaie », il reprend son argent et moi mon article, et tout va bien !  


Q. : Est-ce que, selon vous, la qualité de service aux clients s’est améliorée ?
R. : Pour moi, oui ! Les clients ne s’en rendent pas forcément compte, parce qu’ils croient que la machine n’est pas rapide. Mais quand ils l’utilisent bien, ça va deux fois plus vite que quand on comptait la monnaie. Parce que, comme je  vous l’ai dit, quand on vous paye un paquet de cigarettes avec des pièces de 5 ou de 10 centimes, et bien il faut les compter, les pièces ! Et quand vous faites des journées complètes, à 20 heures vous n’avez pas la même qualité de comptage que le matin ! Du coup, moins d’attente pour le client. Et les caissiers sont moins stressés, moins inquiets, ils ont plus le temps de discuter, d’expliquer les choses aux clients. En plus, les tricheurs ne viennent plus, donc moins de perte d’argent et moins de perte de temps !


Q. : Cela a-t-il bouleversé votre façon de travailler ?
R. : Oui, beaucoup. Mais en bien ! Déjà, je ne me déplace plus avec de l’argent. Avant, j’arrivais le matin avec ma sacoche noire pleine d’argent,  et au changement de caissier on refaisait la manipulation, devant les clients, puisque je ne ferme pas à chaque changement ! Enlever les billets du tiroir-caisse, remettre le nouveau fond de caisse…  Maintenant, on n’a plus ce souci. J’ai été victime d’un braquage, avec violences. Avant les braqueurs savaient que je vidais la caisse, que c’était moi qui faisait les dépôts. Maintenant, ils ne savent plus qui le fait, et depuis un an, je n’ai plus aucun souci. Et puis, on ne me vole plus dans ma caisse ! D’ailleurs, depuis l’installation du « CashGuard », j’ai deux caissiers qui sont partis.  Depuis, mon chiffre d’affaire a nettement augmenté…

Copyright © 2008, CASHGUARD SAS. réservés. | Mentions légales | Plan du site | Contact